L'histoire de Didi... Découvrez le sauvetage
Interpellation du Ministre - batteries juin 2017

Notre lettre de juin 2017 et sa réponse

Monsieur le ministre,
Alors que la presse s’est faite le relais de votre avant-projet de décret reconnaissant les animaux comme « des êtres vivants doués de sensibilité » nous souhaitons vous interroger sur le statut futur de la poule de batterie.

En effet, je cite un extrait de votre communiqué de presse :

« Au-delà de cette reconnaissance, l’objectif est d’extraire l’animal de la catégorie des biens. Cette modification de statut devrait permette à la justice de sanctionner plus sévèrement l’abandon ou la maltraitance tout en participant à l’évolution des mentalités en faveur du bien-être et du respect des animaux. »

Ne pensez-vous pas qu’un chien qui serait enfermé dans une cage 24 heures sur 24 dans laquelle il aurait à peine la place pour se retourner, piétinant les excréments qui ne sont pas passés par-delà d’un sol grillagé qui lui blesse les pattes, sans voir la lumière du jour et sortant après 18 mois de sa cage, la peau à moitié nue pour rejoindre son lieu d’abattage …, oui, Monsieur le ministre, ne pensez-vous pas que cette situation serait assimilé au minimum à un mauvais traitement, voire à de la torture. Le propriétaire du chien n’aurait-il pas de compte à rendre devant la justice ?

Dans votre avant-projet, y aurait-il des animaux supérieurs à d’autres ?

Si c’était le cas, ce serait bien de diffuser à la presse que votre décret ne concerne que les animaux de compagnie, types chiens et chats, pourtant détenus majoritairement par des particuliers dont ce n’est pas la profession.

Dans le cas contraire, nous vous demandons pourquoi les professionnels qui s’enrichissent sur le dos des animaux seraient-ils exempts de respecter la loi ?

Pour terminer, nous nous joignons aux élèves de l’école de Hondelange, dont le courrier est annexé à la présente pour vous demander d’interdire toute nouvelle implantation de batterie ou agrandissement de batterie sur le sol Wallon.

Dans l’attente d’une réponse de votre part, recevez, Monsieur le ministre, l’assurance de ma meilleure considération.

Maryse Borremans

JADS Development 2022 - www.jads.be | Sitemap